Politique & GouvernancePresse

RDC-JUSTICE:l’Evêque Pascal Mukuna de nouveau accusé. « Reviendra-t-il à Makala »? S’interroge congowitness.org

Le Ministre National de la Jeunesse Billy Kambale séjournant à Goma accuse l’évêque Pascal Mukuna d’avoir spolié l’espace qu’abrite l’Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK).

Il l’a dit le vendredi 11 septembre dernier dans une séance de travail avec les organisations et associations des jeunes, que l’homme religieux aurait spolié d’une manière délibérée un espace appartenant à la jeunesse et sur lequel il aurait construit son lieu de culte dans la commune de Bandalungwa.

«ce dossier a fait l’objet de plusieurs échanges entre nous et l’évêque Pascal Mukuna mais sans succès. Je voudrais citer ici le célèbre pasteur Mukuna. Je lui ait dit que son église se trouve sur l’espace du ministère de la Jeunesse. Ce qui fait de lui un spoliateur»,explique Billy Kambale.

Selon lui, la traque ne fait que commencé et elle sera longue jusqu’à ce qu’il obtienne la restitution de cet espace de la jeunesse spolié par le pasteur.

A lui de poursuivre que le responsable de cette assemblée peut faire tous les bruits qu’il veut, mais la jeunesse va poursuivre ses demarches jusqu’à ce que son patrimoine sera restitué.

Par la même occasion, le ministre Billy Kambale a rassuré que tous ceux qui ont spolié les patrimoines de l’État, quel que soit leur rang, devront être traqués par l’Etat jusqu’à les restituer, parce que cette procedure aura son plein soutien. Ajoute-t-il.

Mais alors si les accusations portées contre Pascal Mukuna se confirmaient et que ce conflit foncier conduisait une fois de plus devant la justice, l’Evêque cedera-t-il l’espace en plein gré? Ou reviendra-t-il dans la prison de Makala, d’où il est sortie il y a de cela peu? S’interroge congowitness.org.

Rappellons que l’Evêve Pascal Mukuna vient de quitter la prison de Makala il y a moins d’un mois après être lavé de tout soupçon dans une affaire qui l’a opposé à Mamie Tshibola pour viol, menaces de mort et détention illicite des documents parcellaires de la plaignante.

Isaac BIN-NGEVE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page