Sécurité

Nyiragongo : Plus de vingt milles enfants déplacés privés de la scolarité

A part les conditions inhumaines et manque cruel des soins de santé adéquat,un autre grand fléau auquel personne et personne alors ne fait allusion est le chômage à petit feu que subissent des milliers d’enfants déplacés des récents affrontements entre les FARDC et le M23 dans le territoire de Rutshuru et Nyiragongo.Ceux-ci nécessitent une attention particulière.

Patrick Nezehose, a dix neuf ans, il fait la sixième année secondaire dans une école du groupement Jomba pour lui l’espoir de finir cette année est vraiment perdu, on l’a rencontré dans le camp de Kanyaruchinya.

« J’ai tout perdu,et ici nous passons la nuit presque à la belle étoile,je n’ai ni cahier,ni uniforme, comment voulez-vous que j’étudie ? »; s’est-il posé

Comme cet élève, plusieurs ont envie d’aller à l’école malgré eux, et surtout malgré la situation qu’ils traversent, malheureusement ils sont dépourvus de tout.

Uwimana Liberata est allée plus loin,

« Cela fait deux jours que je ne me suis pas lavée, j’ai seulement pris la bouillie depuis hier, la volonté d’étudier est là, mais par où allons nous commencer ? »

Compte tenu de cette situation si triste et qui n’attire presque l’attention de personne, certains parents consciencieux et qui malgré leurs maigres moyens tenaient mordicus à l’éducation de leurs enfants, n’ont pas deux choses qu’ils demandent au gouvernement.

« Nous souhaitons que la paix soit rétablie le plus tôt possible chez nous pour que l’on reprenne nos activités et reprendre en charge nos enfants avant que ces derniers ne nous traitent d’irresponsables »; nous a dit Kaboyi Jacques rencontré dans le camp de Kahembe à quelques trois kilomètres de Goma.

Contacté à ce sujet, les autorités habilitées à y répondre nous ont fait jouer au jeu de ping pong, geste expliquant qu’elles sont aussi dépassées par cet événement qui nécessite l’intervention des plusieurs partenaires,vu que la province du Nord-Kivu sous état de siège n’a pas un ministre provincial sectoriel.

ALI ASSANKA Darius, depuis Goma

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page