Presse

Sud-kivu : Que les partis politiques qui estiment que ce gouvernement n’existe plus , y retirent leurs mandataires , faute de quoi l’opinion va tirer toutes les conclusions d’un acharnement (déclaration)

La crème intellectuelle regroupant plusieurs jeunes militants du sud-kivu fait d’autres révélations .

Al’en croire , l’opinion se demande enfin qui a déchu qui ! Une session de septembre essentiellement budgétaire qui se solde en session motionnaire. On dirait le seul enjeu était la motion pour déchoir le gouvernement provincial.

Selon leur déclaration, ce vendredi, l’assemblée provinciale du Sud-kivu n’est pas en mesure de clôturer sa session où d’aucuns s’interrogent si qu’elle va se clôturer à kinshasa où certains députés suivent des soins pour avoir raté une montée dans l’ascenseur !

« Allons nous suivre en live la clôture de la session à partir de kin ? » s’interrogent ces jeunes avec étonnement et stupéfaction !

Ces députés ayant été les partenaires privilégiés et gâtés du gouverneur , ils lui retournent l’épée comme qui dirait que l’écriture s’est accomplie dans le psaume chapitre 41 verset 9: « celui -là même avec qui j’ai mangé , qui avait ma paix et qui avait ma confiance a été le premier à lever son épée contre moi ».

Selon cette creme intellectuelle , ces députés ne doivent rien reprocher au gouverneur ni à son gouvernement car ils sont tous co-gestionnaires de la province comme certaines

Et de poursuivre , le maintien des mandataires des députés provinciaux dans le gouvernement Ngwabidje continue à entretenir la confusion au sein de l’opinion . Tous gardent leurs mandatés au sein de cet exécutif qu’ils combattent . Ce même constat pour les grands partis de l’Union sacrée comme UNC , Afdc et leurs mosaïques.

À cet effet , un délai de 72 heures est accordé à l’UNC , l’Afdc et leurs mosaïques de retirer leurs mandataires de ce gouvernement qu’ils reputent de déchu, et que cela s’applique mutatis mutandis , faute de quoi l’opinion va tirer toutes les conclusions d’un acharnement notoire et intolérable.

Ces jeunes recommandent qu’un dialogue social soit tenu pour dénicher les commenditaires de cette crise politique en cette période pré-électorale.

En somme , ces jeunes acquis au changement invitent les forces politiques « nostalgiques du pouvoir » à se ranger en ordre utile en cette période des préparatifs des élections au lieu de vouloir recolter où elles n’ont pas semé.

Rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page