Presse

Katana : Destruction de l’écho systeme du lac Kivu la societe civile s’insurge

La société civile sous noyau d’Irambi Katana dénonce la destruction méchante de l’écho système du lac Kivu.

Dans une alerte rendu publique et consultée par la rédaction de congowitness.org, cette structure citoyenne déplore le comportement des personnes qui continuent à détruire l’écho système du lac Kivu surtout dans le territoire de Kabare dans sa partie Nord précisément à Irambi Katana et ses environs.

Dans cette déclaration, la société civile regrette de constater que malgré les différentes recommandations déjà élaborées en rapport avec cette question, aucune solution n’à jamais été trouvée pour sécuriser les baies du lac Kivu.

« C’est depuis l’année dernière que le bureau de coordination de la société civile sous noyau d’irhambi plaide pour la sécurisation des baies et des pêcheurs, mais hélas la situation continue à se détériorer du jour le jour.

 Nous avons tenu plusieurs réunions avec les associations des pêcheurs, les commerçants et la population locale malheureusement les engagements n’ont toujours pas été respectés. 

Nous sommes au regret de constater que même les autorités tant locales que provinciales voir même les services de sécurité ont toujours gardé silence face à cette agression environnementale qui a élu domicile dans notre groupement« ; a indiqué Emery Murhula, Président de la société civile d’Irambi Katana.

Et d’ajouter :

« Comment comprendre que le gouvernement provincial qui s’engage à lutter contre la malnutrition dans la zone peut fermer les yeux face à cette destruction alors que la sécurité alimentaire n’est pas garantie? On ne peut jamais héradiquer la malnutrition sans promouvoir la production locale dont l’encadrement des pêcheurs, des éleveurs et des agriculteurs.

Nous decrions encore une fois la présence des filets prohibés qui sont utilisés pour pratiquer la pêche et c’est entre autres les filets appelés BIHURHO qui ont élu domicile à KAKONDO, KALIBA, CIBALE, MUGERI et KABAMBA. Nous prions aux autorités tant civiles que locales de s’investir dans ce dossier qui persiste depuis plusieurs mois.

Notre source lance un SOS aux autorités à différents niveaux de prendre en considération les revendications de la population de Katana en mettant fin à ce phénomène en sécurisant le lac Kivu.

John Zihindula

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page