Droit de l'homme

Beni: Luttons tous contre les abus et exploitations sexuelles que commettent les contegeants de la Monusco (CBCN)

Les taximans moto du parking aéroport de Mavivi, situé près de la clôture de la Monusco, en ville de Beni ont été sensibilisés ce Mardi 28 sur la lutte contre les probables cas d’abus et exploitations sexuelles que pourront commettre le personnel civil ou militaire des Nations Unies.

La structure communautaire de canalisation des plaintes, Comminity based and complaint, CBCN qui mène cette campagne, vise à prévenir contre toute conséquence pouvant découler d’une relation sexuelle entre un membre de la communauté congolaise (autochtone) et les agents de la Monusco dont la mission principale en RDC est la protection des civils.

Samuel Mwirahulu, chef de parking aéroport qui a participé à la sensibilisation est revenu sur les dangers que courent les jeunes filles vivant en relation amoureuse avec le personnel des Nations-Unies.

« Nous avons reçu des visiteurs membres de CBCN. ils sont venus nous parler sur les conséquences que pourront rencontrer les filles de notre communauté lorsqu’elle vivent en relation amoureuse avec les casques bleus et le personnel des Nations-Unies. Les filles doivent comprendre que ces gens sont temporairement ici pour une mission. Le contegeant peut te rendre grosse et rentrer dans son pays et il va te laisse cette charge. D’autres moments ils trompent des filles qu’ils vont partir avec elles dans leurs pays, mais arrivés là ils laissent nos soeurs à la merci de tous. Soit même nous allons rester avec un enfant qui n’a pas de père connu« , a-t-il interpelé.

Ce leader communautaire appelle les filles de Beni à apprendre à travailler plutôt que de dépendre des agents des nations unies.

« Je donne conseil à nos soeurs de Mavivi et d’ailleurs, qu’elles ne dépendent pas de la présence de la Monusco ni moins encore de ces contegeants. Mais qu’elles créent des activités génératrices de revenu pour dépendre de soi. Parce que les contegeants sont temporaires ici, après quelques temps ils vont rentrer »;a chuté Samuel Mwirahulu.

Depuis une dizaine d’années on signale des cas d’abus et exploitations sexuelles qu’ont commis les personnels de la monusco servant sous le drapeau des Nations-Unies en RDC. Certaines plaintes émises pour ces cas ont déjà trouvé gain de cause devant la justice, pendant que d’autres traînent encore dans les tiroirs.

Isaac Bin-ngeve, depuis Beni

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page