Presse

Mort tragique du Général Delphin Kahimbi : les secrets ?

Pendant que les résultats de l’enquête sur les circonstances de décès d’un de ce haut gradé de l’armée congolaise, des commentaires et réactions inondent les réseaux sociaux, cela, dès les heures qui suivaient l’annonce de son décès. Certains regrettent la personne de Kahimbi, disant qu’il fut un grand patriote, l’homme qui a joué un rôle déterminant dans la mise en déroute le Mouvement du 23 Mars(M23), avant le CNDP.

« Je pense que nous pouvons tout dire sur le Général Delphin, mais devons retenir qu’il fût un grand patriote, qu’il a joué un rôle déterminant dans la mise en déroute guerrière du M23, du CNDP et qu’il n’a pas plongé dans L’Infernale RCD. Il était humain comme tout un chacun, il avait ses forces et faiblesses mais son combat pour un Sud Kivu sécurisé valait plus. Son passage et sa présence à la DEMIAP qui est un service connu tel que et qui doit être réformé a sûrement influencée sur sa nature humaine » ; écrit Rémy Kasindi, militant du Collectif Amka Congo et proche de la diplomatie américaine en RDC.

Dans son post, Remy Kasindi indique que pour ceux qui ont connu Kahimbi, il disait qu’il n’aurait jamais voulu mourir comme il est présenté, il aurait voulu mourir arme à la main et pas comme un simple vulgaire.
« Sa mort doit nous interpeller et nous pousser vers une forte réflexion » ; conclut cet activiste et ancien boursier américain.

A cela, il rend donc hommage à ce vaillant soldat congolais; « Paix à son âme », entretemps, c’est Muhindo Nzangi, député national élu de Goma, au Nord-Kivu. Ce cadre de l’opposition congolaise indique qu’au-delà de tout, le Général Delphin Kahimbi était un homme intelligent et bien surtout lorsqu’il était encore commandant région adjoint au Nord Kivu.

Delphin Kahimbi n’est pas un diable non plus un saint. Une militante de la LUCHA section de Bukavu elle conclut en disant que Kahimbi, « un médiocre de moins…Que son âme se dirige droit vers l’enfer ».

Delphin Kahimbi et les Droits humains

Malgré que ce fidèle à Kabila a sacrifié une grande partie de sa jeunesse pour défendre la nation congolaise. Un combattant anti balkanisation du Congo; reconnaissent certains d’autres.

Delphin Kahimbi était devenu comme un petit dieu en abusant de son pouvoir surtout quand il était le responsable de la #DEMIAP, renseignement militaire; il a facilité nombreuses tortures et plusieurs violations des droits Humains; écrit un autre internaute, pensée à laquelle la militante de la LUCHA Grâce Marot fait référence.

« Il était très actif, très réactif et répondait avec courtoisie aux députés. Mais depuis qu’il est devenu homme fort du régime Kabila, il a gardé la courtoisie mais un homme à craindre. C’est lui l’auteur de la théorie des Djihadistes à Beni avec des démonstrations bidons » ; écrit Muhindo Nzangi; qui pour lui, les circonstances de sa mort ne sont pas claires à son avis sa mort n’est pas innocente.

Cet officier des Forces armées de la République démocratique du Congo est décédé, alors qu’il était attendu au conseil national de sécurité (CNS) pour un interrogatoire sur les griefs retenus à sa charge, après sa suspension survenue la même semaine et interdit même de s’envoler pour l’Afrique du Sud par la DGM. Quelques heures avant l’interrogatoire, Kahimbi se serait suicidé, et si cette allégation est vraie?

« Il connaissait beaucoup des choses, sa comparution serait une catastrophe »; répond Nzangi. Dans la même optique, d’autres internautes indiquent que le Général Kahimbi s’est suicidé pour ne pas livrer les informations, ayant trait à la sûreté de l’État congolais.

Il meurt avec plusieurs secrets d’Etat, car ayant travaillé plusieurs années sous le régime de l’ex-Président de la République Joseph Kabila Kabange »; une perte énorme regrettent-ils, en ajoutant qu’avec ses révélations, plusieurs têtes intouchables de la République tomberaient.
Si vous connaissez la vérité, ce que quelqu’un d’autre la connait aussi ». Ils sont nombreux ceux qui croient à cette pensée de Redington dans la série américaine The Blacklist ».

« Non! Kahimbi est mort, les secrets restent. Ce sont des faits et il ne les faisait pas seul. Sa mort signifie qu’il y a beaucoup des personnes derrière lui et qu’il ne voulait pas dénoncer. Il est temps que la justice militaire intensifie ses enquêtes » ; pense un journaliste de Bukavu.

Quel secret détenait le Général Delphin Kahimbi?

Cette question suscite plusieurs réactions sur la toile. Après la passation civilisée du pouvoir en RDC, la première dans l’histoire de la RDC, sont nombreux qui croient au retour de l’ancien président Joseph Kabila au pouvoir. Par quelle voie? Certains pensent peut-être qu’avec les élections soit de 2023 ou alors de 2028. Cette option est largement rejetée, vu les textes de la constitution de la République qui sont clairs là dessus ; mais elle reste une question qui mérite plus d’analyses et réflexions avec les experts en la matière.

Joseph Kabila pourrait également revenir au pouvoir par un coup d’Etat contre Félix Tshisekedi. Il reste à se demander Joseph Kabila projette de revenir à la magistrature suprême, comme certains peuvent le croire. Les secrets auxquelles croient certains internautes, ce n’est rien d’autre qu’un coup d’État pour renverser Tshisekedi.

Qu’est-ce qui n’est pas dit dans les réseaux sociaux. Ces derniers donnent place à chaque citoyen de s’exprimer; la liberté d’opinions. La mort mystérieuse de Kahimbi est interprète également par une frange d’internautes comme étant une guerre contre les généraux de l’Est de la RDC, qui étaient jusque-là mieux placés dans le régime de Kabila, depuis l’arrivée au pouvoir de Laurent Désiré Kabila.

Enquêtes sans résultats

Quelques heures après le décès de Kahimbi, l’armée congolaise a annoncé le début des enquêtes pour élucider les circonstances de son décès et rendre par la suite les résultats de l’enquête.
En RDC, sont rares les congolais qui croient aux enquêtes ouvertes dans le pays de Lumumba. On connait quand l’enquête est ouverte mais on ne sait pas quand elle est terminée; notent les internautes. Ce le cas de ce militant du Collectif des citoyens indignés Augustin Ntaitunda qui demande aux autorités congolaises de cesser de mentir l’opinion publique.

« Cessez de nous mentir : des enquêtes, des enquêtés et résultats ? » Ntaitunda cite quelques cas frappants des enquêtes ouvertes depuis les élections du 30 décembre 2018 :

  1. Corruption aux sénatoriales : 0 résultat;
  2. Corruption aux élections des gouverneurs : 0 résultat
  3. Crash de l’avion présidentiel : O résultat;
  4. Affaire 15 millions de dollars : 0 résultat
  5. Affaire Gecamine : 0 résultat;
  6. Enquête 100 jours : 0 résultat

Quant à l’enquête ouverte pour la mort du général Delphin Kahimbi, ce militant reste incertain. Pour lui, cette enquête ne fera pas l’exception.

Thierry M. RUKATA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité