Politique & GouvernancePresse

Vital Kamerhe totalise un mois déjà en prison, ses partisants parlent d’un prisonnier politique

Arrêté dans le cadre de l’enquête du programme des 100 jours d’urgence du président Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe vient de totaliser ce vendredi 08 mai un mois en dentention preventive à la prison de Makala.

Ce dossier connaîtra un tournant décisif le 11 mai prochain au Tribunal de Grande instance de Gombe Kinshasa, avec le la comparution de Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat. Il sera confronté face à Samih Jammal, Directeur Général de Samibo et Husmal et Muhima Ndoole Jeannot, chargé du service import-export à la présidence de la république.

Un des griefs à charge de Vital Kamerhe est « l’acceptation indirecte par l’intermédiaire de Madame Soraya Mpiana qui est sa belle-fille de l’achat à son profit de la concession mesurant 70 mètres sur 100 mètres, située sur la baie Ngaliema, au quartier Basoko, dans la commune de Ngaliema, afin d’abuser de son influence réelle en tant que Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat et superviseur du programme de 100 jours initié par le Président de la République, pour faire gagner a Samih Jammal sous les noms de ses sociétés SAMIBO SARL et HUSMAL SARL les marchés publics de l’achat et de l’érection de 1500 et 3000 maisons préfabriquées en violation de la procédure d’appels d’offres et seuils fixés par la législation en matière de passation des marchés par voie de gré à gré » lit-on dans la citation à prévenu du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa Gombe, datée du 25 avril 2020.

Pour le Tribunal, Vital Kamerhe est poursuivi d’être co-auteur par coopération directe, étant respectivement directeur général de la société HUSMAL SARL, et agent public de l’état en l’occurence personnel politique de la présidence de la République, pour le détournement de 2 137 500$ (Dollars américains deux millions cent trente-sept mille cinq cent) qui a été remise à la société HUSMAL SARL pour achat et érection de 3000 maisons pour les policiers et militaires de la ville de Kinshasa, dans le cadre du programme de 100 jours.

Dans la même citation, Kamerhe est poursuivi en espèce comme co-auteur par coopération directe avec le Directeur Général de Samibo et agent public pour le détournement de la somme de 48.831.148 USD (Dollars quarante-huit millions huit cent trente-un mille cent quarante-huit ), qui était remise à la société SAMIBO SARL pour achat et érection de 1500 maisons préfabriquées en RDC, en l’occurence celle de Kinshasa, du Kongo central, du Kasaï Central et du Sud-Kivu, inscrit au programme de 100 jours initiés par le président de la République.

Ses avocats ont introduit deux demandes de liberté provisoire mais le tribunal les avait rejeté; mais pour les raisons du COVID-19 qui a élu domicile également dans les prisons, le conseil des ministres du lundi dernier a instruit les ministres de la justice et celui des droits humains de désengorger les prisons pour limiter la propagation de cette épidémie dans les prisons.

A lire aussi : Désengorgement des prisons, Vital Kamerhe en liberté provisoire

Un mois après, le partenaire clé de l’accord de Naïrobi Vital Kamerhe garde toujours son poste de directeur de cabinet du président de la République Félix Tshisekedi car n’ayant pas été ni suspendu ni remplacé.

Les partisants de l’homme dénommé « Faiseurs des rois » continuent à rejeter les accusations portées à sa charge et parlent d’un acharnement politique, étant donné qu’au nom du CACH, il sera le candidat président de la République en 2023.

Thierry M. RUKATA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité