Politique & GouvernancePresse

Procès Kamerhe : La thèse du complot contre Kamerhe se confirme petit à petit

Le procès de Vital Kamerhe et Samih Jammal en appel devant la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe qui s’est ouvert le vendredi 24 juillet à Kinshasa a été renvoyé au 07 août 2020.

Ce deuxième degré de juridiction consistera soit à corriger la précédente procédure reprenant tout à zéro, soit à répéter ce qui a été déjà fait, avec les mêmes moyens des preuves.

La nature de ce procès continue à soulever des inquiétudes au sein de la classe politique et de l’opinion, mais aussi auprès de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme.

Ce qui frappe fort actuellement, est le fait que le jugement rendu par le TGI Gombe a déjà été publié dans le journal officiel, pendant que le dossier est en appel.

« La surprise est que le jugement est déjà publié au journal officiel, pendant que le dossier est à la cour d’appel »; s’inquiète le Député national Amato Bayubasire.

Celui-ci s’interroge sur la suite de ce procès pendant que le jugement est déjà rendu publique. La publication d’un jugement dans le journal officiel prouve qu’il est déjà entériné d’avance.

Dès le premier jour des attaques contre Vital Kamerhe, Amato Bayubsire  ne cesse de dénoncer d’abord un acharnement contre le leader Vital Kamerhe, mais aussi un procès politique que juridique. Pour lui, la messe était déjà dite; aujourd’hui, c’est prouvé noir sur blanc.

Il est étonnant de constater que les dérives décriées, lors du régime passé reviennent en force au moment où l’on parle de l’Etat de droit; ajoute Amato Bayubasire.

Nombreuses personnes se demandent également que vaut ce procès en appel de Kamerhe, si tous les éléments réunis démontrent que ça sera un coup de théâtre.

Il est à rappeler que les juges de ce dossier au premier degré ont été promus pour avoir accompli la mission de sacrifier le partenaire clé de Félix Tshisekedi dans la coalition Cap pour le Changement(CACH).

Un cadre du Front Commun pour le Congo (FCC) a, au micro d’une chaine de radio de Bukavu, appelé les pro-Kamerhe au calme, car selon lui, Kamerhe ne passera pas 20 ans en prison. « Condamné politiquement, Kamerhe se verra libérer politiquement »; conclut-il.

Thierry M. RUKATA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité