Droit de l'homme

Sud-Kivu : Que retenir des échauffourées qui ont opposé les Pygmées aux FARDC à Kabare

Les 3 pygmées qui sont mort lundi 30 novembre 2020 dans la soirée à Kabamba, en territoire de Kabare juste en limite avec Kalehe ont été mise en terre dans l’après-midi de ce mardi 01 Décembre 2020 à Kabumbiro dans le village de kasheke, groupement de Mbinga-sud, dans la chefferie de Buhavu.

Plusieurs Pygmées en provenance du PNKB ont barricadé la RN2 Bukavu-Goma précisément à Kabamba le même lundi 30 Novembre 2020 à partir de 10heures, heure de Bukavu. Cette manifestation populaire avait comme objectif, demander la libération de leur chef Douze présumé auteur de plusieurs actes criminels dans le PNKB, qui est détenu à la prison Centrale de Bukavu depuis le mois dernier.

Le bilan de cet incident fait état d’un  élément FARDC tué par les Pygmées, après avoir coupé sa tête, 2 éléments FARDC ont été blessés et transférés à l’hôpital FOMULAC de Katana et trois armes des FARDC emportées.

Côtés pygmées, il y a eu 3 morts et 3 blessés internés à l’hôpital de Kabumbiro. Nos sources renseignent que toutes les victimes Pygmées sont originaires du Territoire de Kalehe.

La délégation des FARDC est partie avec le Corps sans vie du défunt militaire. Tout encourageant le Commandant Secteur Sokola II sud-Nord, le Général Mukalayi Francois qui a été sur le lieu toute la journée de ce Mardi 01 Décembre 2020 pour s’enquerir de la situation.

Le Cadre de Concertation Territorial de la Société Civile de Kalehe sollicite le renforcement des éléments de l’armée loyaliste sur cet axe pour non seulement intensifier les mesures sécuritaires mais aussi démanteler cette bande.

Il demande également aux gardes Parc, de contraindre l’avancement de la destruction du PNKB.

Et au gouvernement, de rechercher des solutions appropriées pour disponibiliser des terres aux pygmées dans leurs territoires de provenance, et au peuple autochtone,  d’éviter les barbaries et les violences et attendre la solution auprès du gouvernement, tout en laissant le temps à la Justice pour le dossier de Monsieur Douze; déclare Delphin Birimbi, Président du CCTSC Kalehe.

Celui-ci demande également aux peuples autochtones de remettre les trois armes des FARDC pour éviter les pires.

Richelieu Byamana depuis Idjwi

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité