Politique & Gouvernance

RDC : « Les médiocres d’hier auraient été remplacés par les nuls »; Collectif Amka-Congo

« Les médiocres d’hier auraient été remplacés par les nuls » ; constat fait par le collectif des mouvements Citoyens Amka-Congo, c’était lors d’un point de presse tenu ce mercredi 09 décembre.

Ces mouvements dit constater avec beaucoup de regrets qu’au moment où le peuple avait beaucoup d’espoir après l’alternance obtenue avec les élections de 2018 qui ont apporté l’opposition d’hier au sommet de l’État; au moment où le peuple congolais attendait un changement positif venant du nouveau régime, malheureusement nous assistons actuellement à tout sauf le changement pour lequel nous nous sommes battus.

Ils disent que : « Juste au début, la présidence nous a lancé un programme de 100 jours, Un programme qui était ambitieux, mais hélas dérouté par les ennemis de la République au nom des calculs politiques et de la géopolitique, et qui ne voulaient pas voir le Congo décoller un jour ».

Au sujet de la crise politique actuelle opposant le FCC et le CACH, et aux violences enregistrées au palais du peuple, Amka-Congo dit qu’il est inacceptable que le parlement Congolais soit considéré comme un ring où les élus doivent se régler des coups seulement parce que certains ne supportent pas les jeux démocratique, en confrontant les intelligences.

« Que dire si, sous le règne des opposants d’hier on peut assister à pareille tragédie dans un endroit où devrait se prendre des décisions cruciales pour la nation et uniquement pour l’intérêt suprême de la population » ; s’interroge le Collectif Amka-Congo.

Il poursuit en disant qu’avec le régime en place, « nous pensions faire basculer la courbe des malheurs du peuple congolais, mais ce qui inquiète c’est de voir que dans plusieurs domaines tout prouve à suffisance que ce pouvoir ne nous amène nulle part ! Chose grave, pour beaucoup de cas, il est en train de prendre la kabilie de triste mémoire pour modèle ».

Le collectif Amka-Congo cite par exemple la violation de certains articles de la constitution; l’interdiction des voyages à certains citoyens, sous prétexte que le régime sortant a aussi ainsi agi. Mais aussi, le pouvoir en place nous a promis le changement et un Etat des droits; ce qui semble ne plus être ce que nous sommes en train de vivre.

Il rappelle que le mal reste mal et on ne le prend jamais pour modèle.

Thierry M. RUKATA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité