Politique & Gouvernance

Sud-Kivu : La Jeunesse déterminée à éjecter Théo Ngwabidje pour n’avoir pas tenue compte de leurs aspirations et du développement durable de la province

Le chemin de sortie de Theo Ngwabidje se retrace déjà, il respire le chaud et le froid, car l’atmosphère et la température ne lui est pas favorable, suite à la situation qui ne lui est pas favorable en province. Il lu pour le moment, les dernières pages de son livre écrit dans l’ombre de soi même.

L’actualité reste dominer par les multiples initiatives amorcées par la jeunesse en province, des mémorandums adressés au Chef de l’État pour exiger le départ du Chef de l’exécutif provincial du Sud-Kivu pour certains, et pour d’autres des pétitions sur pétitions, c’est le cas du Collectif des Mouvements Citoyens « Amka-Congo » qui tient coûte que coûte à un départ en douceur et non violent.

Après une évaluation faite sur la gouvernance de Ngwabidje à la tête de la province, dans tous les secteurs et l’existence d’un rapport de plus de 40 pages élaboré depuis plusieurs mois et le tissus social qui se dégrade, ce collectif avait dressé un bilan sombre, une année et demi depuis l’avènement de Ngwabidje. Avec cette gestion, ce Collectif estime que la province est au bord du gouffre et il est urgent qu’il y ait une nouvelle figure. Il est pour le moment difficile de se dire à nous revoir.

Le Sud-Kivu est devenu le berceau des tuéries, des attaques et braquages des maisons, l’impasse économique, les enlevelents sous l’oeil de l’autorité provinciale, qui ne se contente qu’à faire le tourisme sur le boulevard Patrice Emery Lumumba dans sa jeep et en seul homme mouvant et protégé. Il ne se passe donc plus un seul jour sans enregistré de cas de meurtre dans la ville de Bukavu et dans les territoires; fait savoir Amka-Congo.

Le mouvement citoyen Parlement Debout des jeunes du Sud-Kivu réunis dans le consortium des organisations des jeunes exige, de son côté, la démission du Gouverneur de province Théo Ngwabidje, afin de permettre à la province de se développer.

Ce mouvement regrette de voir qu’il y a une mauvaise gestion calamiteuse dans tous les secteurs de la vie en province.

Il cite entre autre, la spoliation des espaces publics et concessions de l’état, l’absence d’une vision réaliste pouvant déboucher au développement intégral du Sud-Kivu; l’opacité dans la gestion du trésor public de la province. Pour ce mouvement, la Direction provincial de mobilisation et d’encadrement des recettes (DPMER) est restée une coquille vide suite à des différents contrats de partenariat public-privé opaque et à la mise en place intempestive des commissions de recouvrement constitué par les agents des cabinets politiques du gouvernement Ngwabidje.

Parlant de la question des infrastructures, tous ces mouvements regrettent également de voir comment la ville de Bukavu est presque coupée de ses 8 territoires, avec des routes qui sont totalement dans un état de délabrement avancé, comme c’est le cas avec Kabare et Walungu et totalement coupé, suite à l’impraticabilité de la route Nationale numéro 2 et numéro 5. Après les pluies du week-end dernier, le trafic est coupé entre Bukavu et Uvira ; affirment-ils.

Sans toutefois citer le cas du territoire de Shabunda, la connexion entre Bukavu et Mwenga est impossible.

Le Mouvement citoyen Réveil des Indignés dit encourager toutes les démarches non violentes pouvant conduire à un départ forcé du gouverneur Théo Ngwabidje. Pour eux, son départ ne suffira pas, « nous saisirons la justice pour qu’il réponde de ses actes parce que la province est sérieusement ruinée ».

Se confiant au micro de Congowitness.org, Rémy Kasindi, du Collectif Amka-Congo estime qu’il est temps de former un Front commun qui conduira au départ du Gouverneur en douceur et dans un bref délai. Il révèle également qu’il serait important de travailler sur le profil du prochain Gouverneur du Sud-Kivu, « un profil que la société civile devrait mettre à la disposition de la population et des députés. Une page doit être tournée au Sud-Kivu, cette province mérite mieux » ; affirme-t-il.

Par ailleurs, Rémy Kasindi encourage la bravoure et l’engagement de la jeunesse du Sud-Kivu qui est déterminée à aller plus loin pour redorer l’image de cette province. « L’avenir est dans vos mains » ; conclut-il.

Thierry M. RUKATA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité