SécuritéSociété

Ituri : La communauté Hema rejette au loin les accusations selon lesquelles elle entretient la milice dénommé Zaïre/FPAC

La communauté Hema, une des communautés victimes du génocide en Ituri dénonce haut et fort le communiqué   l’attribuant une milice dénommée « Zaïre/FPAC », dans un communiqué de presse qui circule dans les réseaux sociaux,  attribué à la MONUSCO et au BCNUDH, après les révélations du Dr Adirodu Mawazo et les propos du ministre provincial de l’intérieur de l’Ituri.

Cette communauté à travers Maître Mugisa Tibasima Emmanuel acteur politique de l’Ituri et haut cadre du parti ENVOL qui s’est confié à congowitnees.org, ce dimanche 17 janvier 2021 dit que cette milice serait montée de toute pièce pour vouloir remettre en cause les crimes contre l’humanité et crime du génocide commis par les milices de CODECO et FPIC qui endeuillent la province de l’Ituri.

A lui de poursuivre que le communiqué de presse qui serait publié par la Monusco et BCNUDH est qualifié d’absurde par le fait que ces derniers se contredisent eux-mêmes par rapport  à leur rapport du 10 janvier 2020, qui qualifie les violences dans le Territoire de Djugu des crimes contre l’humanité et de crime du génocide contre quelques communautés, celle de Hema considérée comme la première victime.

Selon lui, ce rapport de janvier 2020 faisait état de 701 Hema massacrés, 168 blessés, 142 personnes victimes des violences sexuelles, 57.000 personnes réfugiés en Ouganda, 556.356 autres seraient déplacés vers les Territoires voisins.

Cet acteur politique iturien rappelle à la communauté internationale représentée par la Monusco en RDC que, les cinq communautés victimes du génocide en Ituri dont Alur, Ndokebo, Nyali, Mambisa et principalement Hema crient jour et nuit au Gouvernement congolais mais également à la Monusco elle-même pour leur protection. Accusés innocemment les Hema serait une façon de cracher publiquement sur les morts et se réserve le droit de demander le départ de la Monusco très prochainement, si cela se répétait.

Par ailleurs, il demande au nom de la communauté Hema à laquelle il appartient, que les signataires dudit communiqué devront apporté les preuves au-delà de tout doute raisonnable, que les Hema entretiendraient une milice dénommé Zaïre/FPAC dans tous les axes cités dans leur rapport.

En fin maître Mughisa conclut en proposant à ceux qui ont publié le communiqué:

1. De revenir sur ce rapport et mettre à l’abri du monde entier les vrais auteurs des crimes en Ituri.

2. De ne pas jouer toute politique d’incitation à la violence sur la cendre du peuple Hema, pour éviter la guerre civile et la légitime défense,

3. De prendre en témoins le président de la République Félix Antoine Tshisekedi, qui, lors de son passage en Ituri a parlé de la tentative du génocide.

Isaac BIN-NGEVE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité