Politique & Gouvernance

« Kamerhe à la Primature » : L’Est se rappelle de la promesse de campagne de Félix Tshisekedi

Malgré la nomination d’un informateur originaire de Sud-Kivu, l’Est du pays semble attendre le formateur du nouveau gouvernement. Il s’agit de l’homme que le FATSHIVIT a taillé pendant la campagne de décembre 2018, par la bouche du Président Felix Tshisekedi

Taillé pour Vital Kamerhe, le poste de Premier ministre est-il encore réservé à ce leader de l’Est de la RDC ? Suivant la promesse du Président Félix Tshisekedi, dans le cadre de l’accord de Naïrobi, la base de Vital Kamerhe est toujours en attente.

Bien que condamné à 20 ans de travaux forcés, aujourd’hui dans le cadre d’un procès de 100 jours, un procès politique, la population de l’Est garde espoir et veut la matérialisation de cette promesse du Chef de l’État.

Si elle avait bâclé suite à la coalition FCC-CACH pour sa majorité parlementaire, la nouvelle coalition que tente de former Félix Tshisekedi est une nouvelle occasion de revivre l’accord de Naïrobi; pensent certains acteurs politiques du Nord et Sud-Kivu.

Interrogé à ce sujet, le député national Amato Bayubasire revient également à cette promesse en disant : « nommer Vital Kamerhe Premier ministre si le CACH gagne, est l’une des promesses du Président FATSHI à la population de l’Est pendant la campagne électorale 2018. Ce peuple attend toujours ».

Faisant référence à la nouvelle coalition gouvernementale qui est en gestation, l’élu de Walungu au Sud-Kivu dit : « C’est l’heure de revoir l’accord FCC-CACH en appliquant l’accord de Nairobi. Vital Kamerhe a renoncé à tout et a tout donné. L’heure est venue de lui rendre l’ascenseur »; réagit-il au sujet de la formation de la prochaine équipe gouvernementale.

Plus d’un mois après le divorce du mariage FCC-CACH, aucun consensus n’est pas encore trouvé entre Félix Tshisekedi et ses nouveaux alliés, dont Jean-Pierre Bemba du MLC et de Moïse Katumbi d’Ensemble pour la République.

Par ailleurs, l’élu de Goma au Nord-Kivu, le député national Muhindo Nzangi de Ensemble pour la République dénonce « le manque de consensus sur le programme, sur la manière de faire ce qu’implique aussi le manque de consensus sur les prochains animateurs des institutions”. 

Il conclut : “Dans les conditions actuelles, nous ne serons pas dans l’Union sacrée. Nous avons reçu un message clair de nos amis du CACH que nous avons fait le travail. Ils ont déjà obtenu la majorité parlementaire avec les députés du FCC qui les rejoignent »; des propos qui prouvent que Ensemble pour la République quitte le navire de l’Union Sacrée.

Pour d’aucuns, il est question de querelles des postes et ses nouveaux partenaires.

D’autres sources proches de la Présidence révèlent que  « Moïse Katumbi veut que la présidence du Bureau de l’Assemblée nationale revienne à sa coalition. De son côté, Jean-Pierre Bemba veut être nommé Premier ministre. Mais le Président leur a dit qu’il avait déjà fait ses choix pour les deux postes ».

Réagissant à ce vacarme au sein de l’Union Sacrée de la Nation, Amato Bayubasire estime qu’il s’agit d’un divorce pendant la nuit des noces. Pour lui, le Président Tshisekedi n’aura pas un allié aussi loyal et sincère plus que Vital Kamerhe. « L’histoire est têtue » ; conclut-il.

Thierry M. RUKATA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité