Presse

La DirCom Présidence de la RDC à la CENCO : La question de l’organisation des élections est du domaine exclusif de la CENI. L’immixtion de la CENCO est provocante

Dans leur récente communication, les évêques de l’Eglise catholique en RDC ont recommandé au Parlement de voter en priorité à la session extraordinaire du mois de mars des réformes pour que les élections se tiennent selon le délai constitutionnel, soit en 2023.

Moins de 24 heures après cette communication à la presse, la direction de communication de la Présidence de la République n’a pas tardé à réagir. Elle qualifie les propos des évêques d’immixtion dans un domaine dit exclusif de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

« En relançant le débat sur la tenue des prochaines élections constitutionnellement fixées en 2023, il y a lieu de s’interroger sur la raison de leur scepticisme dans la mesure où le moindre soupçon de « glissement du mandat » n’a jamais effleuré l’esprit de celui à qui les Congolais ont confié leur destinée par la voie des urnes en décembre 2018. D’où vient alors la peur des princes de l‘église ? Une peur dont ils ont du mal à se départir au point d’imputer gratuitement à Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo les relents autrefois accrocheurs décelés dans le chef de son prédécesseur, jouant la montre sur fond de reports incessants du scrutin présidentiel. Nous disons: ayez vos apaisements et ne confondez pas les rôles ni non plus vitesse et précipitation » ; s’exclame la Direction de la Communication de la Présidence de la République.

La question de l’organisation des élections est du domaine exclusif de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la Direction de Communication de Felix Tshisekedi fait savoir que : « l’immixtion de la Cenco dans ce qui ne relève pas de sa compétence est simplement ahurissante, voire provocante pour des pères spirituels mués, pour le besoin de la cause, en politiques engagés au détriment de leurs brebis livrés à eux-mêmes. On se souvient tous de ces pics lancés au lendemain de la proclamation des résultats de la présidentielle de décembre 2018 qui donnaient Félix-Antoine Tshisekedi vainqueur, lesquels traduisaient manifestement leur sentiment de dépit face à la tournure des évènements ».

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité